IMPRESSIONS D'EUROPE
2, rue du Roi Albert - 44000 Nantes - tel/fax 33 (0)240 124 237

2012 Rencontres littéraires nordiques

Danemark, Finlande, Groenland, Islande, Norvège, Suède


8e Rencontres littéraires européennes du jeudi 8 au lundi 12 Novembre 2012

Le Grand T - Nantes et villes des Pays de la Loire : Laval, Le Mans, La Roche-sur-Yon, Saint-Nazaire - Entrée libre


Jeudi 8 novembre 2012


« Avec les Inuit du Groenland »

(Chapelle du Grand T)

Jocelyne OLLIVIER-HENRY
la seule femme occidentale à séjourner depuis 1979 dans le village de Siorapaluk, à 78° au Nord du Groenland. Des années passées à apprendre les dialectes, à étudier la nourriture traditionnelle, les réactions physiologiques de la femme des régions polaires...
Adoptant leur mode de vie, leurs techniques de chasse et de pêche, apprenant à mener un attelage de chiens et à fabriquer vêtements et armes, elle est devenue l’une des leurs.

Bibliographie
  • Groenland, Siorapaluk. Chroniques villageoises, Artisans-voyageurs, 2012 (illustr. Marie Fardet)
  • Avec les Inuit du Nord Groenland, préface de Jean Malaurie, Diabase, 2007
  • Sila Naalagaavoq, Diabase, 1998

Projection du film de Jocelyne Ollivier-Henry « Les Inuit de Siorapaluk », (43 mn, 2012, Production Association Recherches Arctique-Groenland), échanges avec l’auteur-cinéaste et dédicaces.

« Théâtre »

(Chapelle du Grand T)

Impossibles rencontres de l’écrivain danois Peter Asmussen
(traduction de Terje Sinding, Éditions de l’Arche) par le Théâtre du Loup, Nantes
(Prix Adami, Festival d’Avignon, 2011). Mise en espace par Yvon Lapous.
Avec Florence Bourgès, Marilyn Leray et Yvon Lapous
Régie générale et lumières : Thierry Mathieu
Durée : 45 min

« En quelques séquences rapides, drôles, cruelles, Peter Asmussen aborde l’éternelle confrontation de l’homme et de la femme. Que reste-t-il de nos amours ? Morceaux de corps, détails intimes, instants heureux que la mémoire réaménage en boucles obsessionnelles. Comme nous l’avions procédé avec Le Voyage d’Alice en Suisse de Lukas Bärfuss, nous profitons des Rencontres littéraires organisées au Grand T par Impressions d’Europe, cette fois autour de la littérature nordique, pour mettre en forme dans une première ébauche un texte inédit de l’écrivain danois Peter Asmussen. » Yvon Lapous

Peter Asmussen
Né en 1957 à Copenhague, Peter Asmussen commence une carrière de romancier, puis il écrit des pièces pour la télévision et le théâtre. En 1989, il fait ses débuts comme dramaturge à la radio. En 1993, la pièce Ungt Blog (Sang frais) devient son premier grand succès au théâtre. Sa pièce Isbrandt (Brûlé par la glace) écrite en 1997 est montée pour la première fois à Paris au Théâtre 14 par Laurent Terzieff en 2000. Peter Asmussen est aussi l’auteur de plusieurs scénarii pour le cinéma. Il est notamment le coscénariste de Breaking the Waves, l’un, sinon le plus beau film de Lars von Trier, Grand prix du jury au Festival de Cannes 1996 et César du meilleur film étranger en 1997.

Vendredi 9 novembre 2012


Ouverture de la grande librairie Nordique

(Hall du Grand T)

« Gaël BANTEGNIE, Riikka PULKKINEN :

L'enjeu du deuxième roman »

(Librairie du Grand T)

Modérateur : Éric Pessan, écrivain, animateur de rencontres littéraires, débats et ateliers d’écriture

Gaëlle BANTEGNIE (1971, France)
Née à Douarnenez, Gaëlle Bantegnie est professeur de philosophie à Poitiers, membre du collectif de cinéma “Othon” et chanteuse dans un groupe d’électrorock. Cette ex-nantaise signe, avec Voyage à Bayonne, paru en septembre 2012, un remarquable deuxième roman.

« Été 1998. Emmanuelle a entrepris de lire les oeuvres de Leibniz dans l'ordre chronologique. Boris a hâte de visiter Pompéi. Emmanuelle aborde le premier chapitre du Discours de métaphysique. Boris achète une tente Igloo. Emmanuelle resterait bien assise à son bureau pendant toutes les vacances. Boris se réjouit de voir en vrai le petit chien pétrifié sous les cendres de l’an 79. Emmanuelle ne se voit pas faire 2 116 km dans leur voiture rouge. Boris ne remarque rien. Emmanuelle ne veut plus aller en Italie. Boris est très contrarié, c’était prévu de longue date. Il déplie la carte de France. Emmanuelle pointe du doigt le Pays basque. Ils partent le jeudi 16 juillet. La tente Igloo dans le coffre de la Clio et une invitée de dernière minute sur le siège arrière. »

Bibliographie
  • Voyage à Bayonne, Gallimard, coll. « L’Arbalète », 2012
  • Lettre imaginaire à Philippe Katerine, Éd. Impressions d’Europe, 2011
  • France 80, Gallimard, coll. « L’Arbalète », 2010

Riikka PULKKINEN (1980, Finlande)
Révélation finlandaise, Riikka Pulkkinen a tout juste trente ans et le visage d‘un ange, mais ne vous y trompez pas : c'est une très vieille âme qui sait décrire avec la même puissance d’émotion une grand-mère en train de mourir, un homme quise retourne sur son passé ou une jeune fille qui, trouvant une robe oubliée, part à la découverte des secrets de sa famille… Après Raja (La Frontière), premier roman le plus vendu en Finlande en 2006 et qui l’impose d’emblée comme l’un des jeunes écrivains les plus doués de sa génération, son second roman, L’armoire des robes oubliées, publié en 2012 aux Éditions Albin Michel, s’est vendu à plus de 50 000 exemplaires.

« Riikka Pulkkinen, d’une plume subtile, nous transporte au coeur des jeux complices entre un grand-père et sa petite-fille, de la comédie du bonheur que se joue une jeune femme qui sait pourtant qu’elle quittera son compagnon, de l’incompréhension obstinée d’une mère et d’une fille, de l’inéluctabilité d’un amour qui naît et embrase tout, des rêves qui rendent chacun plus réel. » Corinne Renou-Nativel, La Croix

Bibliographie
  • L’armoire des robes oubliées, trad. Claire Saint-Germain, Albin Michel, 2012

Inauguration officielle de la manifestation

(Grand plateau)

Sculptures sur glace

(Parc du Grand T)
par les artistes-sculpteurs Emmanuel Bourgeau et David Slaviero de la Compagnie La Machine, Nantes

« Karen Blixen, la femme africaine »

Grand thème d'ouverture
(Grand plateau)


« 14 janvier 1914, sur l’océan Indien. En vue, l’Afrique-Orientale anglaise, Mombasa, le quai. La Danoise Karen Dinesen y pose le pied, accueillie par un serviteur somali Farah, se marie avec son fiancé suédois Bror, devient baronne von Blixen-Finecke, grimpe dans un train et découvre, altitude 2 000 mètres, le Ngong, six cents employés noirs, la plantation de caféiers. Une journée, une seule, elle s’en est emparée, ils seront dorénavant son Farah, son mari, son titre, ses collines, ses natives, ses acres. Une femme de vingt-huit ans, à la quête improbable d’elle-même et d’une position dans le monde, se voit offrir en quelques heures un rang et un royaume, pas moins pour elle. Comme il tendrait un écran illimité à ses projections les plus démesurées, le destin lui sert l’Afrique dans sa grandeur brute. Elle s’en éprend à l’instant même et pour toujours, à en mourir. »

  • Martine Bacherich, Préface à l’édition Karen Blixen. Afrique, Quarto/Gallimard, 2006

Colette Fellous
Modératrice, productrice à France Culture, écrivain et directrice de la collection « Traits et portraits » au Mercure de France


Catherine LEFEBVRE
Directrice du Musée Karen Blixen à Rungsted Kyst (nord de Copenhague)


Alain GNAEDIG
Ecrivain et traducteur des littératures scandinaves et britanniques. Il est notamment l’auteur des nouvelles traductions de La Ferme africaine (Gallimard, 2005) et du Festin de Babette (Gallimard, 2007) de Karen Blixen.


Gwenaëlle ABOLIVIER
Journaliste et productrice sur France Inter depuis plus de quinze ans. Elle parcourt le monde pour des émissions de voyages à travers des grands reportages. Depuis quatre ans, elle consacre ses émissions d’été quotidiennes à la littérature de voyage, aux relations épistolaires ainsi qu’aux grandes voix du XXe siècle. Dans la foulée d’« Heureux qui comme Ulysse », Gwenaëlle Abolivier propose sur les ondes les émissions « Correspondances », « Partir avec » et « À portée de voix » que nous avons pu entendre tous les dimanches soirs de cet été. Elle est l’auteur de Lettres océanes (Glénat, 2010) et de Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde (À dos d’âne, 2012).


Nathalie SKOWRONEK
Née en 1973 et vit à Bruxelles. Elle travaille dans l’édition. Elle est l’auteur d'un premier roman, Karen et moi (Arléa, 2011) qui est d’abord l’histoire d’une rencontre, une rencontre que seule la littérature rend possible, entre un écrivain magnifique, Karen Blixen, morte en 1962, et une petite fille de onze ans qui lit La Ferme africaine sous une tente.


Durant la table ronde

LECTURES À VOIX HAUTE d’extraits de textes de Karen Blixen par Sophie Merceron, comédienne.
Accompagnement au piano par Antoine Rousseau.


Cocktail « Balderdash » et buffet nordique

(Hall du Grand T)

Lecture à voix haute par Sophie MERCERON

de Si l’on éteint la flamme, premier chapitre de L’Enfant brûlé (Gallimard, 1956) de Stig Dagerman.
(grand plateau)

Théâtre

(Chapelle du Grand T)

Impossibles rencontres de l’écrivain danois Peter Asmussen par le Théâtre du Loup, Nantes (Prix Adami, Festival d’Avignon, 2011). Mise en espace par Yvon Lapous.
Avec Florence Bourgès, Marilyn Leray et Yvon Lapous
Régie générale et lumières : Thierry Mathieu
Durée : 45 min

Film

(Grand plateau)

Projection du film « Une histoire immortelle » d’Orson Welles (v.f., 49 min, 1968) d'après la nouvelle de Karen Blixen L’éternelle histoire extraite du volume Le Festin de Babette. Avec : Orson Welles (Mr Clay et la voix du narrateur), Jeanne Moreau (Virginie), Roger Coggio (Elishama Levinsky), Norman Eshley (le marin, Paul), Fernando Ray (un habitant de Macao).
Un riche et vieux marchand est fasciné par une légende qui court parmi les marins : un jeune marin aurait été payé par un riche vieillard pour donner un héritier à la femme de ce dernier. Désirant donner vie à cette légende, il paie un jeune marin danois pour coucher avec sa femme, qui est en fait la fille d’un associé qu'il a autrefois conduit au suicide. L’événement se produit et, incapable de supporter l’accomplissement de son
ultime rêve, le vieil homme meurt.

Présentation du film par Hervé Lecornu, professeur de cinéma en Classe préparatoire Ciné-Sup au lycée Guist'hau à Nantes.

Samedi 10 novembre 2012


Ouverture de la grande librairie et du bar-restaurant nordiques

(Hall du Grand T)

« À la découverte de nouveaux jeunes écrivains nordiques »

(Non traduits et non encore édités en France)
(Chapelle du Grand T)


Elena Balzamo
Modératrice, historienne de la littérature, essayiste et traductrice Lectures à voix haute par Yves Arcaix


Josefine KLOUGART (1985, Danemark)
De 2010 à 2012, Josefine Klougart a écrit trois livres tous publiés aux éditions Rosinante à Copenhague. Elle a reçu un formidable accueil dans les journaux de son pays et a été nominée pour le prix Royal de la Culture en 2012. L’écrivain danois Jens Christian Grøndahl a écrit à son propos : « Avec seulement trois romans à son actif, Josefine Klougart s’est fait un nom comme l’une des voix les plus puissantes et les plus irrésistibles de sa génération.
Ces histoires sincères qui parlent des souvenirs, d’épreuves et de passions courageuses allient une précision poétique et une ironie désabusée, qui émeuvent le lecteur par l’acuité de leur vérité émotionnelle. »


Helga FLATLAND (1984, Norvège)
Elle a publié deux romans aux éditions Aschehoug : Bli hvis du kan. Reis hvis du må (2010), prix débutant Tarjei Vesaas et Alle vil hjem. Ingen vil tilbake (2011). Ses deux romans traîtent notamment de la condition des soldats norvégiens de retour de leur mission d’Afganisthan.




Jonas KARLSSON (1971, Suède)
Écrivain et comédien (théâtre et cinéma, prix du meilleur acteur en 2003), il est l’auteur de deux recueils de nouvelles : Det andra målet, Le second but (2007) dont Daley Thompson Tracktop / Le survêt Daley Thompson a été publié dans le volume Masterclass et autres nouvelles suédoises (trad. Laurence Canin) dans la coll. « Cosmopolite » chez Stock en 2011 et Den perfecta vännen, L’ami parfait (2009).


ET « PETIT REGARD EN ARRIÈRE »
Elena Balzamo
parle du retour des grands classiques nordiques – la parution en 2012 de Mikaël (Éd. Phébus) de Herman Bang (1857-1912), de Historiettes (Éd. Michel de Maule) de Hjalmar Söderberg (1869-1941) et du 3e tome de la Correspondance (Éd. Zulma) d’August Strindberg (1849-1912) – et de son propre travail de traduction et d’édition.

Lectures à voix haute par les élèves du conservatoire de Nantes

(Librairie du Grand T)

« Un chœur féminin »

(Grand plateau)

Éric Pessan
Modérateur, écrivain, animateur de Rencontres littéraires, débats et ateliers d’écriture

Sara STRIDSBERG (1972, Suède)
Son premier roman, Happy Sally, évoque les histoires parallèles de deux femmes : Sally Bauer, la première Scandinave à traverser la Manche à la nage à la veille de la guerre en 1939 et Elle, une femme contemporaine, préparant le même exploit entourée de son mari et de ses enfants.
En 2007, elle reçoit le Grand Prix de littérature du Conseil nordique pour son deuxième roman Drömfakulteten (La Faculté des rêves), une fiction sur Valerie Solanas, l’icône féministe américaine, auteur du SCUM Manifesto, que Stridsberg a traduit en suédois. Elle est aujourd'hui considérée comme l’une des écrivains nordiques les plus reconnues.

Bibliographie

  • Darling river, trad. Jean-Baptiste Coursaud, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2011 et Livre de Poche, 2012
  • Rosa Winter (nouvelle), trad. J.-B. Coursaud, in Masterclass et autres nouvelles suédoises, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2011
  • Valérie Jean Solanas va devenir Présidente de l’Amérique (théâtre), trad. J.-B. Coursaud, Stock, 2010
  • La Faculté des rêves, trad. J.-B. Coursaud, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2009

Riikka PULKKINEN (1980, Finlande)
Après avoir étudié la littérature et la philosophie à l’université d’Helsinki, Riikka Pulkkinen publie son premier roman, Raja (La Frontière) en 2006, qui l’impose d’emblée comme l’un des jeunes écrivains les plus doués de sa génération. Son second roman, L’armoire des robes oubliées, publié en 2010, confirme son talent.
Sélectionné pour le plus grand prix littéraire finlandais, le Finlandia Prize, encensé par la critique, L’armoire des robes oubliées a déjà été vendu dans douze pays.

Bibliographie
  • L’armoire des robes oubliées, trad. Claire Saint-Germain, Albin Michel, 2011

Steinunn SIGURDARDOTTIR (1950, Islande)
Romancière et poète, Steinunn Sigurdardóttir est également une traductrice réputée. Après Le Voleur de vie, adapté par Yves Angelo, sur un scénario de Nancy Huston, avec Sandrine Bonnaire et Emmanuelle Béart, Cent portes battant aux quatre vents est son quatrième roman traduit en français. Elle partage sa vie entre l’Islande et l’Allemagne.

Bibliographie
  • Cent portes battant aux quatre vents, trad. Catherine Eyjólfsson, Éd. Héloïse d’Ormesson, 2011
  • Le Cheval Soleil, trad. Catherine Eyjólfsson, Éd. Héloïse d’Ormesson, 2008 et 10/18, 2011
  • La Place du coeur, trad. Catherine Eyjólfsson, Denoël, 2000
  • Le Voleur de vie, trad. Catherine Eyjólfsson, Flammarion, 1998

Lectures à voix haute par les élèves du conservatoire de Nantes

(Librairie du Grand T)

« L'Islande poétique de Jón Kalman STEFÁNSSON »

(Chapelle du Grand T)

Thierry Guichard
Modérateur, directeur de publication du Matricule des Anges
Lectures à voix haute Yves Arcaix

Jón Kalman STEFÁNSSON (1963, Islande)
Avec Entre Ciel et terre, magnifiquement traduit par Éric Boury, l’auteur dépeint, dans une langue à la croisée de la poésie et de la fiction, l’ultime sortie en mer d’un équipage de pêcheurs. Ivre de poésie et plongé dans la lecture d’un recueil, Barbur a oublié sa vareuse. Cet oubli lui sera fatal. Ce roman, hommage aux pêcheurs d’Islande, nous entraîne dans leur lutte avec les éléments, une nature à la fois nourricière et sans merci.

Bibliographie
  • La Tristesse des anges, trad. Éric Boury, Gallimard, 2011
  • Entre Ciel et terre, trad. Éric Boury, Gallimard, 2010 et Folio, 2012

Entre ciel et terre - le roman - est un requiem à la force tellurique. Il enfle et se déchire comme un long poème venu des ténèbres, parle de souffrances et de croyances, de mal de vivre et d’infortune, d’amitié déchirée et de destinée malmenée. Récit initiatique, quête métaphysique, explosion des sens ? Il y a dans cette écriture au long souffle, à la tendresse palpable, quelque chose de miraculeux qui serait magie des images, magie des mots, « de ceux dont on peut se passer pour survivre, mais pas pour vivre ». Jón Kalman Stefánsson fait se découvrir l’impalpable, lui insuffle fureurs et mélancolies et convie le lecteur, non sans dérision, à sombrer avec elles : « C’est dans nos propres souvenirs que nous plongeons, c'est là que se trouve le fil qui nous relie à l’existence. Des souvenirs de ces jours où nous étions on ne peut plus vivants, ces jours où il neigeait, où il pleuvait sur nos vies, ces moments brûlants de soleil, sombres de nuit... »
Martine Laval, Télérama

Concert

(Grand plateau)

Manuel GAUTIER
(piano)
Olivier MINGAM
(violon)

Edvard Grieg (1843-1907, Norvège) et Jean Sibelius (1865-1911, Finlande)

« Cosmos-Microcosme »

(Grand plateau)

Nils C. Ahl
Modérateur, journaliste au Monde des Livres

Lars SUND (1953, Finlande)
Lars Sund, né en Finlande, vit en Suède. Il est l’auteur d’une trilogie, Siklax, dont chaque volume a été un best-seller et qui a été adaptée au cinéma sous le titre Colorado Avenue, qui a également connu un grand succès.

Bibliographie
  • Une petite île heureuse, trad. Catherine Bruy, Mercure de France, 2012

À Fagerö, une petite île imaginaire du sud-ouest de la Finlande, tout le monde se connaît, ou presque. On vit beaucoup de la pêche, on boit pas mal, on cancane les uns sur les autres… bref, une routine plutôt paisible jusqu’au jour où… Où deux pêcheurs, ces voyous de frères Kangarn repêchent le corps d’un inconnu sans papiers. Respect aux morts oblige, on va l’enterrer devant la population au grand complet. Mais d’autres cadavres arrivent, dix, vingt, cent, plus encore, des hommes, des femmes, des enfants venus on ne sait d’où. Et là, plus de respect : ces étrangers, on n’en veut pas. Qu’ils repartent. On se fiche bien de savoir quels malheurs les ont amenés là…
Lars Sund traite sous la forme d’une allégorie un sujet essentiel qui fait débat aujourd’hui : la réticence d’une société nantie à recevoir sur son sol des étrangers – morts ou vivants. Et il va utiliser à merveille le pouvoir libérateur de la dérision.

« En une parabole pleine d’ironie, le Finlandais Lars Sund pousse jusqu’au bout la logique du refus d’accueillir des étrangers, fussent-ils morts. Son roman nous fait découvrir une palette de personnalités multiples et contrastées, une humanité en miniature. » Yves Le Gall, Le Matricule des Anges

Alain MABANCKOU (1966, France, États-Unis)
Né au Congo, Alain Mabanckou est romancier, poète, essayiste et professeur de littérature francophone à l’université de Californie-Los Angeles.

Bibliographie sélective
  • Tais-toi et meurs, La Branche, coll. « Vendredi 13 », 2012
  • Le Sanglot de l’homme noir (essai), Fayard, 2012
  • Demain j’aurai vingt ans, Gallimard, 2011
  • Écrivain et oiseau migrateur (essai), André Versailles Éditeur, 2011
  • L’Europe depuis l’Afrique (essai), Éditions Naive, 2009
  • Black Bazar, Le Seuil, 2009 et Points/Seuil, 2010
  • Tant que les arbres s’enracineront dans la terre (Oeuvre poétique complète), Points/Seuil, 2007
  • Mémoires de porc-épic, Le Seuil, Prix Renaudot, 2006 et Points/Seuil, 2007
  • Verre Cassé, Le Seuil, 2005 et Points/Seuil, 2006

« Per Olov ENQUIST : une autre vie »

(Grand plateau)

Thierry Guichard
Modérateur, directeur de publication du Matricule des Anges
Lectures à voix haute par Yves Arcaix

Per Olov Enquist (1934, Suède)
Per Olov Enquist compte parmi les plus grands auteurs de la littérature scandinave contemporaine. Ses pièces de théâtre ont été jouées sur les plus grandes scènes internationales et son oeuvre est traduite dans le monde entier. Après avoir passé une partie de sa vie à Berlin, Los Angeles, Copenhague et Paris, il vit aujourd’hui à Stockholm. Dans Une autre vie, son autobiographie, P.O. Enquist revient sur un parcours personnel marqué par le luthéranisme, le sport et des crises existentielles. Romancier et dramaturge, l’auteur s’inspire de faits historiques pour décrypter la part d’ombre des individus, des sociétés et de leurs mythes. Le départ des musiciens évoque le Norrland de son enfance, L’extradition des Baltes revient sur l’un des traumatismes de la Suède de l’aprèsguerre, l’expulsion de soldats baltes vers l’U.R.S.S. Sa pièce la plus célèbre, La Nuit des tribades, est consacrée à Strindberg.

Bibliographie sélective :
  • Une autre vie, trad. Lena Grumbach et Catherine Marcus, Actes Sud, 2010
  • Blanche et Marie, trad. L. Grumbach et C. Marcus, Actes Sud, 2006 et Babel, 2007
  • Le Médecin personnel du roi, trad. Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Actes Sud, 2001 et Babel, 2002
  • La Bibliothèque du capitaine Némo, trad. M. de Gouvenain et L. Grumbach, Actes Sud, 1992
  • Écrits sur le sport, trad. M. de Gouvenain et L. Grumbach, Actes Sud, 1988
  • L’Ange déchu, trad. M. de Gouvenain et L. Grumbach, Actes Sud, 1986
  • L’Extradition des Baltes, trad. M. de Gouvenain et L. Grumbach, Actes Sud, 1985 et Babel, 2000
  • Le Départ des musiciens, trad. M. de Gouvenain et L. Grumbach, Flammarion, 1980 et Babel, 2006
  • Le Cinquième Hiver du magnétiseur, trad. M. de Gouvenain et L. Grumbach, Flammarion, 1976 et Babel, 2001

Théâtre

(Chapelle du Grand T)

Impossibles rencontres, pièce inédite de Peter Asmussen par le Théâtre du Loup, Nantes (Prix Adami, Festival d’Avignon, 2011). Mise en espace par Yvon Lapous.
Avec Florence Bourgès, Yvon Lapous et Marilyn Leray
Régie générale et lumières : Thierry Mathieu
Durée : 45 min

Vendredi 11 novembre 2012


Ouverture de la grande librairie et du bar-restaurant nordiques

(Hall du Grand T)

Lectures à voix haute par les élèves du conservatoire de Nantes

(Librairie du Grand T)

« Un air de famille »

(Grand plateau)

Nils C. Ahl
Modérateur, journaliste au Monde des livres


Lars HUSUM (1975, Danemark)
Dramaturge et scénariste, Lars Husum a notamment réalisé des films pour la société de production de Lars von Trier. Son premier roman, Mon ami Jésus, a été salué par la critique et le public, traduit dans treize pays et sera prochainement adapté au cinéma.

Bibliographie
  • Mon ami Jésus, trad. Jean-Baptiste Coursaud, JC Lattès, 2012

« Très loin d’une parabole vertueuse ou d’un récit édifiant, Mon ami Jésus n’a rien non plus d’un exercice de style à charge, écrit pour le plaisir d’un blasphème ou d’un ridicule de plus. Peu de manifestations de chrétiens en colère à prévoir : on a vu pire. Et à tout prendre, la vision de ce Sauveur en sandales très seventies est plutôt positive. Bien aidé par une architecture remarquablement claire et précise pour un premier texte, ce roman est une tragi-comédie de la rédemption tout à fait convaincante. »
Le Monde des Livres


TORE RENBERG (1972, Norvège)
En 1995, Tore Renberg fait ses débuts en littérature avec le recueil de nouvelles Sleeping Tangle qui a obtenu le prestigieux Prix Tarjei Vesaas des Débutants. Depuis, il a écrit plusieurs romans, des livres pour enfants et un livre de collages. En 2008, Tore Renberg a remporté le Prix des Libraires norvégiens pour son roman Charlotte Isabel Hansen qui raconte la vie insouciante d'un étudiant, Jarle Klepp, vingt-quatre ans, qui découvre à la suite d'un test ADN qu'il est père d’une fille de sept ans, conçue lors d’une soirée bien arrosée, à son lycée quand il avait seize ans. Une catastrophe arrivant rarement seule, la mère, dont il se souvient à peine, lui envoie Charlotte Isabel pour une semaine, afin que celle-ci fasse enfin la connaissance de son papa. Ce qu iva se passer alors est le sujet de ce roman aussi drôle qu’émouvant, où une gamine de sept ans va amener pas mal d’adultes à grandir enfin.

Bibliographie
  • Charlotte Isabel Hansen, trad. Carine Bruy, Mercure de France, 2011
  • L’homme qui aimait Yngve, trad. Alex Fouillet, Odin éditions, 2004

Halfdan W. FREIHOW (1959, Norvège)
Il est né à Mexico et a partagé ses années de jeunesse entre la Norvège, l’Espagne et la Belgique.
Il a d’abord travaillé comme reporter, traducteur et critique littéraire avant de co-fonder la maison d'édition norvégienne Font Forlag. De l’exploration de sa vie intime et familiale est né son premier récit, Cher Gabriel, nominé pour le prix Brage (2004).

Bibliographie
  • Cher Gabriel, trad. Ellen Huse Foucher, Gaïa, 2012


« Un récit bouleversant. […] La quête de ce père touche au coeur dans cet ouvrage qui ne fait étalage de rien, mais raconte, entre souvenirs et avenir, ce que Gabriel connaît de la vie, c’est-à-dire ni le calcul ni la stratégie. […] Gabriel n’est pas seulement ce jumeau du paysage, il est une voix, une musique, une langue. » Claire Castillon, Paris-Match

« Rire avec Katarina MAZETTI »

(Grand plateau)

Éric Pessan
Modérateur, écrivain, animateur de Rencontres littéraires, débats et ateliers d’écriture
Lectures à voix haute par Sophie Merceron

Katarina Mazetti
Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la Radio suédoise. Auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes, elle rencontre un succès phénoménal avec Le Mec de la tombe d’à côté, vendu à plus de 450 000 exemplaires dans un pays de 9 millions d'habitants ! En France, elle connaît aussi un énorme succès et les lecteurs, enthousiastes, se précipitent aux rencontres auxquelles elle participe avec un plaisir non dissimulé…

Bibliographie
  • Mon doudou divin, trad. Lena Grumbach et Catherine Marcus, Gaïa, 2012
  • Le Caveau de famille, trad. L. Grumbach et C. Marcus, Gaïa, 2011 et Babel, 2012
  • La fin n’est que le début, trad. Max Stadler et Lucile Causs, Babel, 2011
  • Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini, trad. M. Stadler et L. Causs, Gaïa, 2008 et Babel, 2011
  • Les Larmes de Tarzan, trad. L. Grumbach et C. Marcus, Gaïa, 2007 et Babel, 2009
  • Entre Dieu et moi, c’est fini, trad. M. Stadler et L. Causs, Gaïa, 2007 et Babel, 2011
  • Le Mec de la tombe d’à côté, trad. L. Grumbach et C. Marcus, Gaïa, 2006 et Babel, 2009

Lectures à voix haute par les élèves du conservatoire de Nantes

(Librairie du Grand T)

 17 h 15 à 18 h 15

« Les horreurs boréales : le polar nordique »

(Grand plateau)

François Braud
Modérateur, auteur et critique de polars pour Noir comme polar, 813, Émancipation

Stefán MÁNI (1970, Islande)
Stefán Máni est né à Reykjavík le 3 juin 1970 et a grandi à Ólafsvík, un village de pêcheurs situé à l’extrémité de la péninsule de Snæfellness. Noir Océan a reçu, en 2007, le prix de la Goutte de Sang qui récompense le meilleur roman policier islandais.

Bibliographie
  • Noir Karma, trad. Éric Boury, Gallimard, coll. « Série Noire », 2012
  • Noir Océan, trad. Éric Boury, Gallimard, coll. « Série Noire », 2010 et Folio/Policiers, 2012


Matti RÖNKÄ (1957, Finlande)
Né en 1959 en Finlande, Matti Rönkä a grandi en Karélie, proche de la frontière russe. Après un master en sciences politiques à Helsinski, il est devenu journaliste. Depuis 1990, il est présentateur et rédacteur en chef du journal télévisé d’YLE (la chaîne de télévision publique finlandaise ).
Au début des années 2000, il devient un auteur à succès : son humour grinçant et son regard critique sur la société finlandaise ont conquis les lecteurs. Il est l’auteur de cinq romans policiers, dont plusieurs ont été couronnés de prix, tant en Finlande qu’à l’étranger.

Bibliographie
  • Frontière blanche, trad. Johanna Kuningas, L’Archipel, 2011
Film
(La chapelle du Grand T)

Projection du film « Black’s Game » de Óskar ThórAxelsson (Islande, 2012, VOST, 100 mn) d’après Noir Karma (Gallimard, 2012) de Stefán Máni. Sélection officielle du Festival international du film de Rotterdam, 2012.

« Dialogue avec Jens GRØNDAHL »

(Grand plateau)

Thierry Guichard
Modérateur, directeur de publication du Matricule des Anges
Lectures à voix haute par Sophie Merceron

Jens Christian GRØNDAHL (1959, Danemark)
Les relations amoureuses sont un des sujets de prédilection de Jens Christian Grøndahl. Elles sont aussi prétexte à des échappées politiques et philosophiques comme dans Piazza Bucarest, interrogation sur la liberté et l’existence, ou Les Mains Rouges, roman sur les années 1970 et les mouvances d’extrême gauche en Europe.
L’écriture chargée de mélancolie et de nostalgie renvoie à la peinture, au cinéma ou encore à la photographie. Le voyage, tel un rite initiatique, y est omniprésent. Célébré dans vingt-cinq pays, il est également auteur de pièces de théâtre, de divers essais et de pièces radiophoniques.

Bibliographie (tous traduits par Alain Gnaedig)
  • Quatre jours en mars, Gallimard, 2011
  • Passages de jeunesse, Mercure de France, coll. « Traits et portraits », 2010
  • Les Mains Rouges, Gallimard, 2009 et Folio, 2011
  • Piazza Bucarest, Gallimard, 2007 et Folio, 2008
  • Sous un autre jour, Gallimard, Prix Femina étranger, 2005 et Folio, 2007
  • Virginia, Gallimard, Prix Médicis étranger, 2004 et Folio, 2006
  • Bruits du coeur, Gallimard, 2002 et Folio, 2004
  • Silence en octobre, Gallimard, 1999 et Folio, 2011
  • Été indien, Le Serpent à Plumes, 1996

« Histoires de frontières, frontières de l'histoire »

(Grand plateau)

Noémie Sudre
Modératrice, journaliste au Magazine littéraire
Lectures à voix haute par Sophie Merceron

Kjartan FlØGSTAD (1944, Norvège)
Après le baccalauréat et un passage à l’École polytechnique, Kjartan Fløgstad étudie la linguistique à l’université mais abandonne bientôt les études pour devenir ouvrier d’usine, puis graisseur sur un cargo norvégien. Aventurier moderne, il a voyagé un peu partout dans le monde et surtout en Amérique latine. Il a d’ailleurs traduit en néo-norvégien Neruda, Cortázar et d’autres grandes figures de la littérature latinoaméricaine. Il est aujourd’hui romancier, poète, nouvelliste et essayiste.

Bibliographie
  • Des hommes ordinaires, trad. Céline Romand-Monnier, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2011

« Kjartan Fløgstad nous livre un texte passionnant et documenté sur les deux idéologies qui ont dominé le XXe siècle. En nous plongeant dans la conscience d’hommes persuadés d’avoir oeuvré pour le Bien, il nous permet d'entrapercevoir la folie tapie au fond de chaque homme ordinaire. »

  • Pyramiden. Portrait d’une utopie abandonnée, trad. Céline Romand-Monnier, Actes Sud, coll. « Aventure », 2009
  • Grand Manila, trad. Céline Romand-Monnier, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2009
  • Le Chemin de l’Eldorado, trad. E. Berg Gravensten et V. Fournier, Esprit ouvert, 1991

Alain MABANCKOU (1966, France, U.S.A)
« Je suis noir, et forcément ça se voit. Du coup les Noirs que je croise à Paris m’appellent « mon frère ». Le sommes nous vraiment ? Qu’ont en commun un Antillais, un Sénégalais, et un Noir né dans le Xe arrondissement, sinon la couleur à laquelle ils se plaignent d’être constamment réduits ? J’oublie évidemment la généalogie qu’ils se sont forgée, celle du malheur et de l’humiliation – traite négrière, colonisation, conditions de vie des immigrés… Car par-delà la peau, ce qui les réunit, ce sont leurs sanglots.
Je ne conteste pas les souffrances qu’ont subies et que subissent encore les Noirs. Je conteste la tendance à ériger ces souffrances en signes d’identité. Je suis né au Congo Brazzaville, j’ai étudié en France, j’enseigne désormais en Californie. Je suis noir, muni d’un passe-port français et d’une carte verte. Qui suis-je ? J’aurais bien du mal à le dire. Mais je refuse de me défi nir par les larmes et le ressentiment. »

  • Alain Mabanckou, à propos de Le Sanglot de l’homme noir, Fayard, 2012

21 h Clôture de la manifestation


Autres animations pendant les « Rencontres littéraires nordiques »

Interventions, lectures à voix haute, échanges avec le public

Jeudi 8 novembre
18h/19h : Librairie Thuard (Anne-Sophie Thuard, Directrice) en partenariat avec le Centre de Ressources du Livre – 24, rue de l’Étoile - 72000 Le Mans / Steinunn Sigurdardóttir et Halfdan W. Freihow

Vendredi 9 novembre
16h/18h : Pôle universitaire yonnais, Bât. B, Amphi A (Claudine Paque, Responsable pédagogique de la Licence Jeunesse) – 85000 La Roche-sur-Yon / Annika Thor

Samedi 10 novembre
17h/18h : Librairie Les Nuits blanches (Jean-Stéphane Roux, Directeur) – 4, rue des Hauts-Pavés
44000 Nantes / Annika Thor

Lundi 12 novembre
Lycée Aristide Briand (Maryse Parent, Professeur de français) - 44600 Saint-Nazaire / Steinunn Sigurdardóttir
IUT et Lycée Jean de Lattre de Tassigny (François Braud, Chargé de cours à l’IUT ; MM.
Antoine Chantecaille et Renaud Morisseau, Professeurs de français) - 85000 La Roche-sur-Yon / Stefán Máni
Collège Rutigliano (Adeline Pringault, Professeur de français) - 44000 Nantes / Annika Thor
Lycée Guist’hau (Hervé Lecornu, Professeur de cinéma) - 44000 Nantes / Jens Christian Grøndahl

Grande librairie nordique animée par la librairie Coiffard à Nantes
Dédicaces des écrivains après les débats
Lectures à voix haute (comédiens, acteurs, écrivains)
Installations photographiques grands formats
Bar-restaurant nordique animé par les restaurants « Le Beckett’s » et « Le Cou de la Girafe »
Théâtre : Impossibles rencontres, pièce inédite de Peter Asmussen (traduit du danois par Terje Sinding, Éditions de L’Arche) par Le Théâtre du Loup, Nantes (Prix Adami, Festival d’Avignon, 2011). Mise en espace par Yvon Lapous.
Coproduction Impressions d’Europe/Le Théâtre du Loup, Nantes
Avec Florence Bourgès, Yvon Lapous et Marilyn Leray
Régie générale et lumières : Thierry Mathieu
Durée : 45 min.
Jeudi 8 à 20h30, vendredi 9 à 21h et samedi 10 novembre à 20h30,
Chapelle du Grand T

Sculptures sur glace dans le parc du Grand T par les artistes-sculpteurs
Emmanuel Bourgeau et David Slaviero de la Compagnie La Machine à
Nantes (vendredi 9 novembre à partir de 18h30)
Partenaires institutionnels français
Conseil régional des Pays de la Loire
Ville de Nantes
Conseil général de Loire-Atlantique
Ministère de la Culture et de la Communication/Centre national du livre
Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit (SOFIA)
Institut Français/Ville de Nantes

Partenaires institutionnels nordiques
The Nordic Culture Fund (NORDEN), Copenhague
The Nordic Culture Point, Helsinki
The Danish Arts Agency, Copenhague & Ambassade royale du Danemark, Paris
Finish Literature Exchange (FILI), Helsinki & Institut finlandais, Paris
The Icelandic Literature Fund (Bókmenntasjódur), Reykjavik & Ambassade d’Islande, Paris
Norwegian Literature Abroad (NORLA), Oslo & Ambassade royale de Norvège, Paris
Swedish Arts Council, Stockholm & Institut suédois, Paris

Avec le concours de
Optique Le Provost, Nantes

Avec la participation
Des élèves du Conservatoire de Nantes
Partenaires médias
Ouest France, TéléNantes, Fip, Eur@dionantes, Le Magazine littéraire

Avec l'indispensable participation des traducteurs-interprètes
Éric Boury (Islandais)
Alain Gnaedig (Suédois, Norvégien)
Kirsi Kinnunen (Finnois)
Asbjørn Øverås (Norvégien)
Agneta Ségol (Suédois)

Contacts
Yves DOUET, Directeur (06 86 53 50 21)
Patrice VIART, Coordinateur (06 64 34 88 83)

En partenariat avec
Le Grand T
84, rue du Général Buat - BP 30111 - 44001 Nantes Cedex 1
T 02 51 88 25 25 - www.leGrandT.fr
et
La Librairie Coiffard
7-8, rue de la Fosse - 44000 Nantes
T 02 40 48 16 19

Courriels et courriers des écrivains nordiques reçus après les « Rencontres littéraires nordiques »


FRANCE

 
Alain Gnaedig, écrivain (débat Karen Blixen)
14 novembre 2012

Bonjour Yves,
Je tiens à te redire tout le bien que je pense de ces journées "Impression-Nantes".

Franchement, je suis bluffé qu'il y ait autant de monde pour venir écouter des auteurs qui viennent de la périphérie de l'Europe, et sur des sujets parfois pointus. Cela prouve qu'il y a encore de la curiosité à Nantes, mais surtout que le travail de communication en amont à été bien fait.

Ensuite, ces journées sont chaleureuses, sympathiques. Il y a un bon esprit, aussi bien entre les auteurs qu'avec les autres intervenants - en gros, je n'ai pas senti que nos auteurs jouaient aux stars. Quant aux déjeuners et aux dîners, je me rends compte maintenant que c'est vous qui avez raison: ça contribue à l'ambiance et à la réussite.

Bref, je suis très content d'avoir pu apporter ma modeste pierre à l'édifice.

Amitiés,
Alain

 
Gwenaëlle Abolivier, écrivain et journaliste à France Inter (débat Karen Blixen)
16 novembre 2012

Cher Monsieur Yves,
J'ai tout simplement adoré les rencontres littéraires : la qualité des intervenants ( discussions bilingues), la richesse du programme , l'atmosphère chaleureuse et conviviale qui tenait à votre présence et à celle de Patrice. C'était un très beau voyage dans le nord ! Je suis également ravie que mon intervention vous ait plu ( elle avait été préparée )

En vous remerciant encore de m'avoir conviée à ces beaux moments littéraires, je vous souhaite une bonne continuation.
Bien à vous,
Gwenaëlle Abolivier

 
Éric Boury, traducteur-interprète de l'islandais
12 novembre 2012

Et des milliers de mercis à toi Yves, et aussi à toi, Patrice! C'étaient de merveilleuses journées, riches de rencontres et pleines d'une merveilleuse fraternité!
Des bises!
Eric

Eric Boury
Traducteur littéraire

 
Agneta Ségol, traductrice-interprète du suédois
3 janvier 2013

« Impressions d’Europe » est une manifestation pleine de charme avec une programmation riche et intéressante, une ambiance joyeuse et décontractée. L’accueil était cette année aussi chaleureux, enthousiaste et enthousiasmant que je l’avais gardé en mémoire. L’hôtel était toujours aussi parfait, situé à proximité de tout… sauf du lieu principal des rencontres. Et quel privilège de prendre ses repas au lieu mythique qu’est la Cigale !
J’ai trouvé  très intéressant le partenariat (commencé cette année, je crois) avec la fac à la Roche-sur-Yon. Mon train fantaisiste m’a malheureusement privée d’une partie du cours mais j’ai eu le temps d’apprécier la réaction et la curiosité des étudiants des Métiers de l’édition et aussi cette fabuleuse personne (dont j’ai malheureusement oublié le nom, responsable de la section) qui a animé la rencontre.
Longue vie aux « Impressions d’Europe » ! Merci et bravo aux deux organisateurs.
Agneta

 
Hegge Roel-Rousson, Conseillère éditoriale domaine scandinave, éditions Actes Sud

Cher Yves,
Quelques appréciations sur l'organisation fabuleuse de ce festival:

Avec Per Olov Enquist nous avons été très chaleureusement accueilli à Nantes. Ayant connu des nombreux manifestations similaires, nous avons tous les deux été impressionné par le grand intérêt du public. Indépendamment de l'heure plus ou moins tardive des différentes interventions, le public était bien là et en grand nombre – ça fait plaisir!! Yves et Patrice ont majestueusement veillé à ce que tout le monde se sent la bienvenue – chaleureusement et toujours avec la bonne humeur (ce qui n'est - avouons–le – vraiment pas du luxe…). En somme : un vrai plaisir! Autant pour les éditeurs que pour les auteurs…

Et oui Yves – j'adore ton anglais!
Je t'embrasse,
Hege

 
Gwenaëlle Abolivier, écrivain et journaliste à France Inter (débat Karen Blixen)
12 novembre 2012

Cher Patrice,
J'espère que vous allez bien.
Je vous redis mon enthousiasme et mon grand plaisir d'avoir participé à ce beau rendez-vous littéraire de grande qualité. Ce fut un beau voyage et je vous remercie de m'y avoir convié.
J'aurais aimé poster sur mon blog,  une photo ou deux prises lors du débat K. Blixen.  Serait-il possible à vous de m'en envoyer quelques-unes ?
En vous remerciant,
Je vous souhaite une belle journée à vous et votre équipe bien active.
Salutations également à Yves
Bien à vous,
Gwenaëlle Abolivier

 
Nathalie Skowronek, écrivain (débat Karen Blixen)
15 novembre 2012

Cher Yves,
Oui, je suis bien rentrée et ravie de ce voyage nantais. C'était vraiment très agréable et chaleureux, merci beaucoup.
A bientôt
Nathalie

Nathalie Skowronek

 
Elena Balzamo, traductrice-interprète du suédois, modératrice
20 novembre 2012

Chers amis,

Grand merci pour votre accueil ! Tout le monde a été enchanté par ces journées nordiques. J'ai eu des échos après…
Voici l'attestation complétée.
Amicalement.
Elena

 
Susanne Juul, directrice des éditions Gaïa (K. Mazetti, Halfdan W. Freihow…)
27 novembre 2012

Bonjour Patrice et Yves,

Tardivement un grand merci pour votre accueil à Nantes, c'était vraiment super !
Également pour Katarina et Halfdan !
Et vous, êtes-vous satisfait de l'ensemble, est-ce que tout s'est passé comme vous le souhaitiez ?
Les auteurs Jonas Karlsson et Helga Flatland m'ont bien intéressé, qu'en pensez-vous ? (Jonas m'a donné ses livres, mais je n'ai pas encore eu le temps de les lire).

Bien amicalement,
Susanne
Gaïa Editions - 8

 
Jocelyne Olivier-Henry, auteur (débat Groenland)
12 nov. 2012

Chers Patrice et Yves,
J'ai passé un agréable moment en écoutant J. K. Stefansson. Bravo pour le trio modérateur, auteur, interprète , tout était parfait. Je me suis déjà plongé dans la lecture du livre « Entre ciel et terre ».
Ce fut un plaisir de vous rencontrer. Longue vie à Impressions d'Europe.

Bien amicalement,
Jocelyne

NORVÈGE

 
Halfdan W. Freihow
18 décembre 2012

Cher Yves, cher Patrice, chers amis,

Je suis désolé et je m'excuse pour ne pas avoir écrit plus tôt pour vous remercier. Les jours passés à Nantes étaient tout ce que j'espérais et encore plus. Amusants, stimulants, bien organisés et plein de nouvelles rencontres. L'effort que vous faisais pour assembler touts ces talents à Nantes est formidable. Et il parait que le publique local est d'accord, jugeant du nombre de spectateurs.

Ici tout à été un peu fou depuis mon retour, ce qui est ma mauvaise excuse pour avoir été silencieux. Maintenant je vous souhaite tous les deux des fêtes tranquilles et joyeuses, et espère vous revoir avant que dix nouvelles années soient passées.

Vôtre ami,
Halfdan

 
Kjartan Fløgstad
28 décembre 2012

Dear Yves,
Thank you very much for your concern and good wishes.
Regarding my stay at Impressions de Europe in Nantes I have not been able to come up with any critical remarks. The reception was very friendly, the organization good, Asbjørn did a perfect job as interpreter, it was plenty of time to socialize with colleagues from many countries, the hotel was more than adequate, the food excellent, and, as I have been presenting the surrealist tradition in literature, editing anthologies of literary surrealism, to me it was a great experience to be able to spend so much time at the La Cigale restaurant.
I had a wonderful stay in Nantes, and wish you all the best for the years to come.
Best wishes to all of you, Kjartan

 
Asbjørn Øverås
12 novembre 2012

Dear Yves Douet and Patrice Viart
Impressions d’Europe
I was invited to Nantes for this year’s Scandinavian festival and I must say that I was deeply impressed. I have been at too many festivals where the organizers seem to think that the work is done when the invited guests have said yes. The result is often that they don’t manage to reach their local public. In this case it was quite the contrary. I, and all the Scandinavian authors I talked with, were impressed by the number of people attending the different programs.  I often also see in international festivals that the authors are not taken care of in between their professional activities. This was not the case here. I had the impression that also the other guests enjoyed their time not only at the festival, but in the beautiful town of Nantes in general. It was an honor to be invited and I when I meet other persons from the Norwegian delegation, we are happy to look back at it.
One last thing. I was deeply impressed by the book store   that had been built up at the festival center. I have rarely seen so many Scandinavian books in one place abroad.
Good luck with your coming festivals.
Best regards
Asbjørn Øverås

 
Tore Renberg
12 novembre 2012

Hello Yves and Patrice
Thank you very much for letting me participate in Nantes!

All the best from
Tore Renberg

SUÈDE

 
Per Olov Enquist
15 novembre 2012

Dear Yves and Patrice,
thanks for mail and nice pictures - everything has been setteled now, my fantastic dentist fixed it, and I have just wunderful memories from the days in Nantes.

Thanks! and big hug.
Per Olov Enquist

 
Annika Thor
Stockholm, November, 15, 2012

Dear Patrice and Yves,

Thank you for a pleasant stay in Nantes and for all the work the two of you put into making the festival a success !
[…]
Thank you again, and hope to see you on some other occasion !

Best regards,
Annika Thor

 
Katarina Mazetti
31 décembre 2012

These are my impressions of Impressions d ´Europe:
Wonderfully well organised event! We were all well taken care of, from the moment we arrived. Nice hotel, lovely meals, especially at La Cigale! Plenty of time for discussions and meetings. I am, as so often in France, quite impressed by the large and interested audience at the literary debates. Thank you Yves and Patrice, I would love to come back some time!
Katarina Mazetti

 
Dominique van Huffel, Consul de Suède à Nantes
25 novembre 2012

Monsieur le Directeur,
Je vous transmets officiellement les remerciements de la Suède pour la réussite des Rencontres Littéraires Nordiques de novembre 2012.
Nous avons été témoins pendant ces 4 jours de l’engouement d’un public nombreux, capté par la qualité des écrivains présents, par la pertinence des interventions, par le concert, par la pièce de théâtre, et par une offre exceptionnellement fournie de littérature scandinave.
Vous êtes en train de construire à Nantes pour la littérature ce que René Martin a fait pour la musique avec La Folle Journée.

Nous espérons vos prochaines productions
Avec nos cordiales salutations

Dominique van HUFFEL
Consul de Suède

DANEMARK

 
Josefine Klougart
12 novembre 2012

Dear Yves,
Oh, my dear friend - I could not find you and suddenly Caterine and Nikolaj were on their way back to the hotel - I did not get the chance to say goodby to you! A disaster!
So here it is, a warm hug and kisses on you cheeks from me.
I got back in time to do my work at Cph. book forum. And I have told everybody about your FANTASTIC festival!
I am so glad to have been there. And I hope to see you again! We must keep contact!
Hope the last day has been fantastic as well.
I enjoyed every moment - And Nikolaj did as well.
Thank you so much for inviting me and for your warm and passionate care !
All my best,
Josefine

 
Jens Christian Grøndahl
14 novembre 2012

Bonjour Yves,
Merci de votre message et d'une soirée magnifique à Nantes. C'était un plaisir de pouvoir contribuer à votre festival admirable.

À la prochaine,
Cordialement
Jens Christian

 
Lars Husum
1er janvier 2013

Dear Yves,
Happy new year !

First and foremost I was very impressed with the festival, the line-up and the organisation of it, and it was highly impressive that you were able to get so many to listen to nordic litterature. It couldn't have been done the other way around, a french festival in Denmark, at least not with the same success. I'm very glad that I was a part of it.

It was a great weekend with many good talks, and not only on stage. I talked to colleagues from other nordic countries that I hadn't spoken to before and I had the chance to listen to people like Engquist that I've read for twenty years. It was a good and diverse program. The hotel was fine and the food was great. Nantes got some good restaurants and It's not the last time I'm going to Nantes. Generelly speaking there was lovely and fun atmosphere and you are good, warm and genereous hosts.  

So all in all I have nothing to say but good things about the festival and you as leaders of it. The only minor thing was the translation at my talk. She did a fine job, especially for one who's not used to it, and I think its more a perception problem  than a real, but because she was a bit nervous and felt a bit flustred for the sudden role, it kind of rubbed of on me. I had the feeling that I missed something. I need to learn french, and it was more of a perception problem than a reel and the talk was good.

All the best.
Lars



FINLANDE

 
Matti Rönkä
4 janvier 2013

Hello - and sorry - I have been on vacation and couldn´t answer in time.

I found "Impressions d'Europe" to be very charming and intime festival.  I had some difficulties to know whats happening and where, but thats because I dont speak any French.  But when I did have the courage just to believe that everything is beeing taken care of, everything went smoothly.
The depates were interesting and acuurate, and at least my interpreter was great and caring in all ways.
The hotel, the dinners etc. were great.   And a special bonus was the possibility to discuss with other authors, getting to know them!

Thanks, and best regards, looking forward meeting you again,
matti rönkä

 
Lars Sund
4 janvier 2013

Hello,

here´s a few thoughts on the Festival. First I like to say that the interest in Nordic Literature and the big turnout to the programs were a pleasent surprise - I had no idea that Scandinavian literature attracts such a great interest in France.
The travel arrangements were smooth, and we were well taken care of on arrival in Nantes Friday night. The hotel was comfortable, and I found it quite charming.
I think the progrms and seminars on the whole were interesting and gave a good picture of contemporary Scandinavian literature. Delays in the schedual are unavoidable with such an ambitious program. The quality of translations was somewhat varied. Some of the debates could have befinited if the translators had had more routine. For my own part I was very happy that Kirsi Kinnunen was able to translate for me. As she was not entirely shure of her command of Swedish, we decided that she would give the French translation to me in Finnish. I spoke Swedish and she translated from Swedish to French. So we did the the debate in three languages and it worked very well thanks to Kirsi's good work.
I have one practical suggestion. It would have been nice to have had a lounge for the participants at the Theater, were it would have been possible to go to take a rest and perhaps prepare for upcoming debates etc. At the Book Fair in Gothenburg a lounge is always provided for participants, and I've found that a very good idea.

The people working with the Festival were all very nice and forthcoming, so please convey my cincere thanks to all your people - inclunding the very friendly driver who took me back to the hotel on Sunday. I brought back some nice memories of Nantes with me.
Best wishes,
Lars

ISLANDE

 
Stefán Mani
14 novembre 2012

Mon ami, Patrice! Thanks for everything - I had a great time :) Yours; StfM
Stefán Máni rithöfundur / writer

 
Jón Kalman Stefánsson
28 décembre 2012
Yves and Patrice! Very sorry for my late response - but here are few words:

It´s very simple: to be invited to literal festival in Nantes, is of course an honour, but first
and foremost a great pleasure, a lot of fun - sparkling life! Full of warmness, humour,
interesting debates, interesting authors, and very clever translators!

kind regards, jón kalman

 
Jón Kalman Stefánsson
22 novembre 2012

Thank´s! Good photo, good moments, and memories!
my best, jón kalman

 
Estrid Brekkan, Conseillère culturelle de l’Ambassade d'Islande à Paris
9 novembre 2012

Chers Yves et Patrice,

J'ai beaucoup apprécié l'accueil et l'excellente organisation des Rencontres littéraires nordiques.
Je ne vous cache pas que c'est un des meilleurs événements de ce genre  auquel j'ai participé par son cadre, l'intendance générale, l'attention et les égards portés aux invités et aux participants. Ça reste réellement un très bon souvenir pour moi et en ce qui me concerne je peux que vous encourager à poursuivre vos projets. Le public était au rendez-vous et on le sentait vraiment intéressé.
Nous maintenons le contact en vue de la future participation de l' Islande, n'est-ce pas?

Bien à vous,
Estrid